Pages versus pajes

Une erreur est survenue dans ce gadget

dimanche 31 janvier 2010

Quel sujet saborder ce jour ?


à force de me creuser les méninges , j'en arrive à " tournez ménages ! " 
un nouveau jeu que je propose : on ferait tourner les ménages des couples  dont la concubine , le concubin , la copine , le copain , l'amant , l'amiante , l'aimant , l'aimée possédant un blog accepterait un échange non virtuel pendant une semaine avec une autre surfeuse et mérites ou un surfer des neiges virtuelles ; pour les enfants je ne sais pas si on les inclurait dans ce big deal ; l'idée est élancée !
attendons donc vos réactions !


jeudi 28 janvier 2010

Avec l'arrivée de l'internet de plus en plus de femmes ne nous montrent plus que leur QI !

bien sûr , c'est passionnant mais avant l'internet ,  elles nous laissaient aussi parfois entrevoir certaines autres passerelles de leurs anatomies , non ?
alors  faut-il désespérer ?


Et maintenant ?
où sont les nées nettes d'avant ?

mardi 26 janvier 2010

mon nouveau roman de renard des surfaces ( part one )

QI nu .


ELLE avançait à reculons  et à tâtons ,  ses chaussettes d'Archie plus Shepp que jamais ; il faut dire qu'il lui avait poussé son saxo avec tant de ho qu'ELLE comprit très vite que c'était loin d'être un con ; citoyen , certes mais con , non !
même cul nu il avait l'air conditionné et pas de la dernière pluie malgré le laché de paras sur colle ses hi !  y bout , y bout , certes aussi mais svelte il était , volts face il fit !
il confit même : il la confît d'oies sauvages et  de joie car ELLE était fille de ; réputée puisque fille de député  ; dépitée , certes encore , mais l'alto de Shepp de la remonter si ho  contre basse loin de toute pédale ouah ouah  
" one more , one more "   jazza-t-elle tel Guillaume avant de voir sa pomme d'Adam remise en jeux : jeux tuent il certes aussi , mais ELLE ...............

( elle était à califourchons puisque fan de Cali malgré ses rots )

( remarque : faut dire qu'elle habitait le vice qu'on ceint ,
alors , elle débitait en pro du pot 
ex-stagiaire de chez nids d'as )





Femme de sévice

j'avais d'abord lu !
en fait c'était " Femme de service "
dingue , non ?



lundi 25 janvier 2010

Sirko ce soir sur TF1

enfin un vrai débat avec de vrais français !
non mais !


jeudi 21 janvier 2010

Ursula Vian Kubler

 vient de nous quitter !

merdre alors !!




mardi 19 janvier 2010

Proust un point sait tout


 

lundi 18 janvier 2010

Bye !


vendredi 15 janvier 2010

Trouvez ma suite ! ( facile )

_ Ernest in ???????????
réponse :
@SARRAZIN
(from " the importance of being Ernest ")



jeudi 14 janvier 2010

Je suis livre mort depuis hier !


détonnant , non ?
un coup de tonnerre inattendu m'a tendu d'un coup sec :
mon arbre à canne s'est fêlé  juste après le départ de Jeanne ;
son arc  m'a brisé la flèche à mon grand dam !
dim dames dom !
c'est vrai qu'elle était rousse collante
mais quand même , mais quand même !!
en plus j'ai le roui blaze maintenant
je suis livre mort !!
Sissi !!!!





mardi 12 janvier 2010

les mésaventures de votre serviteur jamais Bonnie menteur même si souvent honni soit qui mâle y panse !

  J'avais avec peine posé ma paire  de skis de fins fonds qu'elle me sauta dessus goulûment  , teuse  ou pas !  me prenant par mégarde , toute esquive de ma part _ même si je connais intimement Sarah F. _ m'eût conduit à l'abats toi car c'était une tueuse , Bonnie pas menteuse quand elle déjouait avec mes  oeufs révolvers !
Elle me saisit la paire avec difficultés multiples : faut dire que comme Bowie  tel Ziggy , dans mon je de boules , bowling ou pas je n'en avais qu'une !
pas navet pour autant même si on fait de la bonne soupe  au n'avait : elle me mit juste un  de ses cheveux de course dans ma soupe achetée chez Mathieu pour pimenter le tout tout !
c'était une diablesse pleine d'ivresse , en décollant rose , elle était soce , sauce Ségo sortant d'un verre de gin néco !
elle mit aussitôt , diane tigresse , mes deux ananacolytes aux attributs  bien définis dans son plaque'Art , deux et tes rots point trop sûrs ! l'un était bi à la molaire à l'air , l'autre ours polaire qui ne manquait pas d'air puisqu'un R à ours !
( je vivais en tri gnome )
lorsque soudain elle m'éprit .........

Décès de Miep Gies, protectrice d'Anne Frank

"Je ne suis pas un héros, affirmait-elle le jour de son centième anniversaire, le 15 février 2009. J'ai seulement fait ce que j'ai pu pour aider."
 
et si cela aussi pouvait servir de leçon à certains !?

lundi 11 janvier 2010

Libertad !

un peu d'angliche ! ( For a long time I used to go to bed early !)

Swann's Way
OVERTURE

For a long time I used to go to bed early.
Sometimes, when I had put out my candle, my eyes would close so quickly that I had not even time to say “I’m going to sleep.” And half an hour later the thought that it was time to go to sleep would awaken me; I would try to put away the book which, I imagined, was still in my hands, and to blow out the light; I had been thinking all the time, while I was asleep, of what I had just been reading, but my thoughts had run into a channel of their own, until I myself seemed actually to have become the subject of my book: a church, a quartet, the rivalry between François I and Charles V. This impression would persist for some moments after I was awake; it did not disturb my mind, but it lay like scales upon my eyes and prevented them from registering the fact that the candle was no longer burning. Then it would begin to seem unintelligible, as the thoughts of a former existence must be to a reincarnate spirit; the subject of my book would separate itself from me, leaving me free to choose whether I would form part of it or no; and at the same time my sight would return and I would be astonished to find myself in a state of darkness, pleasant and restful enough for the eyes, and even more, perhaps, for my mind, to which it appeared incomprehensible, without a cause, a matter dark indeed.
I would ask myself what o’clock it could be; I could hear the whistling of trains, which, now nearer and now farther off, punctuating the distance like the note of a bird in a forest, shewed me in perspective the deserted countryside through which a traveller would be hurrying towards the nearest station: the path that he followed being fixed for ever in his memory by the general excitement due to being in a strange place, to doing unusual things, to the last words of conversation, to farewells exchanged beneath an unfamiliar lamp which echoed still in his ears amid the silence of the night; and to the delightful prospect of being once again at home.
I would lay my cheeks gently against the comfortable cheeks of my pillow, as plump and blooming as the cheeks of babyhood. Or I would strike a match to look at my watch. Nearly midnight. The hour when an invalid, who has been obliged to start on a journey and to sleep in a strange hotel, awakens in a moment of illness and sees with glad relief a streak of daylight shewing under his bedroom door. Oh, joy of joys! it is morning. The servants will be about in a minute: he can ring, and some one will come to look after him. The thought of being made comfortable gives him strength to endure his pain. He is certain he heard footsteps: they come nearer, and then die away. The ray of light beneath his door is extinguished. It is midnight; some one has turned out the gas; the last servant has gone to bed, and he must lie all night in agony with no one to bring him any help.
I would fall asleep, and often I would be awake again for short snatches only, just long enough to hear the regular creaking of the wainscot, or to open my eyes to settle the shifting kaleidoscope of the darkness, to savour, in an instantaneous flash of perception, the sleep which lay heavy upon the furniture, the room, the whole surroundings of which I formed but an insignificant part and whose unconsciousness I should very soon return to share. Or, perhaps, while I was asleep I had returned without the least effort to an earlier stage in my life, now for ever outgrown; and had come under the thrall of one of my childish terrors, such as that old terror of my great-uncle’s pulling my curls, which was effectually dispelled on the day—the dawn of a new era to me—on which they were finally cropped from my head. I had forgotten that event during my sleep; I remembered it again immediately I had succeeded in making myself wake up to escape my great-uncle’s fingers; still, as a measure of precaution, I would bury the whole of my head in the pillow before returning to the world of dreams.
Sometimes, too, just as Eve was created from a rib of Adam, so a woman would come into existence while I was sleeping, conceived from some strain in the position of my limbs. Formed by the appetite that I was on the point of gratifying, she it was, I imagined, who offered me that gratification. My body, conscious that its own warmth was permeating hers, would strive to become one with her, and I would awake. The rest of humanity seemed very remote in comparison with this woman whose company I had left but a moment ago: my cheek was still warm with her kiss, my body bent beneath the weight of hers. If, as would sometimes happen, she had the appearance of some woman whom I had known in waking hours, I would abandon myself altogether to the sole quest of her, like people who set out on a journey to see with their own eyes some city that they have always longed to visit, and imagine that they can taste in reality what has charmed their fancy. And then, gradually, the memory of her would dissolve and vanish, until I had forgotten the maiden of my dream.
When a man is asleep, he has in a circle round him the chain of the hours, the sequence of the years, the order of the heavenly host. Instinctively, when he awakes, he looks to these, and in an instant reads off his own position on the earth’s surface and the amount of time that has elapsed during his slumbers; but this ordered procession is apt to grow confused, and to break its ranks. Suppose that, towards morning, after a night of insomnia, sleep descends upon him while he is reading, in quite a different position from that in which he normally goes to sleep, he has only to lift his arm to arrest the sun and turn it back in its course, and, at the moment of waking, he will have no idea of the time, but will conclude that he has just gone to bed. Or suppose that he gets drowsy in some even more abnormal position; sitting in an armchair, say, after dinner: then the world will fall topsy-turvy from its orbit, the magic chair will carry him at full speed through time and space, and when he opens his eyes again he will imagine that he went to sleep months earlier and in some far distant country. But for me it was enough if, in my own bed, my sleep was so heavy as completely to relax my consciousness; for then I lost all sense of the place in which I had gone to sleep, and when I awoke at midnight, not knowing where I was, I could not be sure at first who I was; I had only the most rudimentary sense of existence, such as may lurk and flicker in the depths of an animal’s consciousness; I was more destitute of human qualities than the cave-dweller; but then the memory, not yet of the place in which I was, but of various other places where I had lived, and might now very possibly be, would come like a rope let down from heaven to draw me up out of the abyss of not-being, from which I could never have escaped by myself: in a flash I would traverse and surmount centuries of civilisation, and out of a half-visualised succession of oil-lamps, followed by shirts with turned-down collars, would put together by degrees the component parts of my ego.
Perhaps the immobility of the things that surround us is forced upon them by our conviction that they are themselves, and not anything else, and by the immobility of our conceptions of them. For it always happened that when I awoke like this, and my mind struggled in an unsuccessful attempt to discover where I was, everything would be moving round me through the darkness: things, places, years. My body, still too heavy with sleep to move, would make an effort to construe the form which its tiredness took as an orientation of its various members, so as to induce from that where the wall lay and the furniture stood, to piece together and to give a name to the house in which it must be living. Its memory, the composite memory of its ribs, knees, and shoulder-blades offered it a whole series of rooms in which it had at one time or another slept; while the unseen walls kept changing, adapting themselves to the shape of each successive room that it remembered, whirling madly through the darkness. And even before my brain, lingering in consideration of when things had happened and of what they had looked like, had collected sufficient impressions to enable it to identify the room, it, my body, would recall from each room in succession what the bed was like, where the doors were, how daylight came in at the windows, whether there was a passage outside, what I had had in my mind when I went to sleep, and had found there when I awoke. The stiffened side underneath my body would, for instance, in trying to fix its position, imagine itself to be lying, face to the wall, in a big bed with a canopy; and at once I would say to myself, “Why, I must have gone to sleep after all, and Mamma never came to say good night!” for I was in the country with my grandfather, who died years ago; and my body, the side upon which I was lying, loyally preserving from the past an impression which my mind should never have forgotten, brought back before my eyes the glimmering flame of the night-light in its bowl of Bohemian glass, shaped like an urn and hung by chains from the ceiling, and the chimney-piece of Siena marble in my bedroom at Com-bray, in my great-aunt’s house, in those far distant days which, at the moment of waking, seemed present without being clearly denned, but would become plainer in a little while when I was properly awake.
Then would come up the memory of a fresh position; the wall slid away in another direction; I was in my room in Mme. de Saint-Loup’s house in the country; good heavens, it must be ten o’clock, they will have finished dinner! I must have overslept myself, in the little nap which I always take when I come in from my walk with Mme. de Saint-Loup, before dressing for the evening. For many years have now elapsed since the Combray days, when, coming in from the longest and latest walks, I would still be in time to see the reflection of the sunset glowing in the panes of my bedroom window. It is a very different kind of existence at Tansonville now with Mme. de Saint-Loup, and a different kind of pleasure that I now derive from taking walks only in the evenings, from visiting by moonlight the roads on which I used to play, as a child, in the sunshine; while the bedroom, in which I shall presently fall asleep instead of dressing for dinner, from afar off I can see it, as we return from our walk, with its lamp shining through the window, a solitary beacon in the night.
These shifting and confused gusts of memory never lasted for more than a few seconds; it often happened that, in my spell of uncertainty as to where I was, I did not distinguish the successive theories of which that uncertainty was composed any more than, when we watch a horse running, we isolate the successive positions of its body as they appear upon a bioscope. But I had seen first one and then another of the rooms in which I had slept during my life, and in the end I would revisit them all in the long course of my waking dream: rooms in winter, where on going to bed I would at once bury my head in a nest, built up out of the most diverse materials, the corner of my pillow, the top of my blankets, a piece of a shawl, the edge of my bed, and a copy of an evening paper, all of which things I would contrive, with the infinite patience of birds building their nests, to cement into one whole; rooms where, in a keen frost, I would feel the satisfaction of being shut in from the outer world (like the sea-swallow which builds at the end of a dark tunnel and is kept warm by the surrounding earth), and where, the fire keeping in all night, I would sleep wrapped up, as it were, in a great cloak of snug and savoury air, shot with the glow of the logs which would break out again in flame: in a sort of alcove without walls, a cave of warmth dug out of the heart of the room itself, a zone of heat whose boundaries were constantly shifting and altering in temperature as gusts of air ran across them to strike freshly upon my face, from the corners of the room, or from parts near the window or far from the fireplace which had therefore remained cold—or rooms in summer, where I would delight to feel myself a part of the warm evening, where the moonlight striking upon the half-opened shutters would throw down to the foot of my bed its enchanted ladder; where I would fall asleep, as it might be in the open air, like a titmouse which the breeze keeps poised in the focus of a sunbeam—or sometimes the Louis XVI room, so cheerful that I could never feel really unhappy, even on my first night in it: that room where the slender columns which lightly supported its ceiling would part, ever so gracefully, to indicate where the bed was and to keep it separate; sometimes again that little room with the high ceiling, hollowed in the form of a pyramid out of two separate storeys, and partly walled with mahogany, in which from the first moment my mind was drugged by the unfamiliar scent of flowering grasses, convinced of the hostility of the violet curtains and of the insolent indifference of a clock that chattered on at the top of its voice as though I were not there; while a strange and pitiless mirror with square feet, which stood across one corner of the room, cleared for itself a site I had not looked to find tenanted in the quiet surroundings of my normal field of vision: that room in which my mind, forcing itself for hours on end to leave its moorings, to elongate itself upwards so as to take on the exact shape of the room, and to reach to the summit of that monstrous funnel, had passed so many anxious nights while my body lay stretched out in bed, my eyes staring upwards, my ears straining, my nostrils sniffing uneasily, and my heart beating; until custom had changed the colour of the curtains, made the clock keep quiet, brought an expression of pity to the cruel, slanting face of the glass, disguised or even completely dispelled the scent of flowering grasses, and distinctly reduced the apparent loftiness of the ceiling. Custom! that skilful but unhurrying manager who begins by torturing the mind for weeks on end with her provisional arrangements; whom the mind, for all that, is fortunate in discovering, for without the help of custom it would never contrive, by its own efforts, to make any room seem habitable.
Certainly I was now well awake; my body had turned about for the last time and the good angel of certainty had made all the surrounding objects stand still, had set me down under my bedclothes, in my bedroom, and had fixed, approximately in their right places in the uncertain light, my chest of drawers, my writing-table, my fireplace, the window overlooking the street, and both the doors. But it was no good my knowing that I was not in any of those houses of which, in the stupid moment of waking, if I had not caught sight exactly, I could still believe in their possible presence; for memory was now set in motion; as a rule I did not attempt to go to sleep again at once, but used to spend the greater part of the night recalling our life in the old days at Combray with my great-aunt, at Balbec, Paris, Doncières, Venice, and the rest; remembering again all the places and people that I had known, what I had actually seen of them, and what others had told me.

mercredi 6 janvier 2010

Ciné-chiner moi avec Zoë : (1) les beignets de tomates vertes .

Ciné-club , club Ciné

Soldes participatives : je solde tout tout tout !

faites vos propositions honnêtes !




mardi 5 janvier 2010

Sol Charlus , l'outre , manche ?

M. de Charlus qui pouvait être si agréable devenait odieux quand il abordait ces sujets. Il y apportait la satisfaction qui agace déjà chez un malade qui vous fait tout le temps valoir sa bonne santé. J'ai souvent pensé que dans le tortillard de Balbec, les fidèles qui souhaitaient tant les aveux devant lesquels il se dérobait, n'auraient peut-être pas pu supporter cette espèce d'ostentation d'une manie et mal à l'aise, respirant mal comme dans une chambre de malade ou devant un morphinomane qui tirerait devant vous sa seringue, ce fussent eux qui eussent mis fin aux confidences qu'ils croyaient désirer. De plus on était agacé d'entendre accuser tout le monde, et probablement bien souvent sans aucune espèce de preuve, par quelqu'un qui s'omettait lui-même de la catégorie spéciale à laquelle on savait pourtant qu'il appartenait et où il rangeait si volontiers les autres. Enfin, lui si intelligent, s'était fait à cet égard une petite philosophie étroite (à la base de laquelle il y avait peut-être un rien des curiosités que Swann trouvait dans "la vie") expliquant tout par ces causes spéciales et où, comme chaque fois qu'on verse dans son défaut, il était non seulement au-dessous de lui-même mais exceptionnellement [vol I.127] satisfait de lui. C'est ainsi que lui si grave, si noble, eut le sourire le plus niais pour achever la phrase que voici: "Comme il y a de fortes présomptions du même genre que pour Ferdinand de Cobourg à l'égard de l'Empereur Guillaume, cela pourrait être la cause pour laquelle le Tsar Ferdinand s'est mis du côté des "Empires de proie". Dame, au fond c'est très compréhensible, on est indulgent pour une sœur, on ne lui refuse rien. Je trouve que ce serait très joli comme explication de l'alliance de la Bulgarie avec l'Allemagne". Et de cette explication stupide M. de Charlus rit longuement comme s'il l'avait vraiment trouvée très ingénieuse et qui même si elle avait reposé sur des faits vrais était aussi puérile que les réflexions que M. de Charlus faisait sur la guerre, quand il la jugeait en tant que féodal ou que chevalier de Saint-Jean de Jérusalem. Il finit par une remarque juste: "Ce qui est étonnant, dit-il, c'est que ce public qui ne juge ainsi des hommes et des choses de la guerre que par les journaux est persuadé qu'il juge par lui-même". En cela M. de Charlus avait raison. On m'a raconté qu'il fallait voir les moments de silence et d'hésitation qu'avaitMme de Forcheville, pareils à ceux qui sont nécessaires, non pas même seulement à l'énonciation, mais à la formation d'une opinion personnelle, avant de dire, sur le ton d'un sentiment intime: "Non, je ne crois pas qu'ils prendront Varsovie". "Je n'ai pas l'impression qu'on puisse passer un second hiver". "Ce que je ne voudrais pas, c'est une paix boiteuse". "Ce qui me fait peur, si vous voulez que je vous le dise, c'est la Chambre". "Si j'estime tout de même qu'on pourrait percer". Et pour dire cela Odette prenait un air mièvre qu'elle poussait [vol I.128] à l'extrême quand elle disait: "Je ne dis pas que les armées allemandes ne se battent pas bien, mais il leur manque ce qu'on appelle le cran". Pour prononcer le cran (et même simplement pour le "mordant") elle faisait avec sa main le geste de pétrissage et avec ses yeux le clignement des rapins employant un terme d'atelier. Son langage à elle était pourtant plus encore qu'autrefois la trace de son admiration pour les Anglais qu'elle n'était plus obligée de se contenter d'appeler comme autrefois nos voisins d'outre-Manche, ou tout au plus nos amis les Anglais, mais nos loyaux alliés! Inutile de dire qu'elle ne se faisait pas faute de citer à tous propos l'expression de "fair play" pour montrer les Anglais trouvant les Allemands des joueurs incorrects, et "ce qu'il faut c'est gagner la guerre", comme disent nos braves alliés. Tout au plus associait-elle assez maladroitement le nom de son gendre à tout ce qui touchait les soldats anglais et au plaisir qu'il trouvait à vivre dans l'intimité des Australiens aussi bien que des Ecossais, des Néo-Zélandais et des Canadiens. "Mon gendre Saint-Loup connaît maintenant l'argot de tous les braves "tommies", il sait se faire entendre de ceux des plus lointaines "dominions" et aussi bien qu'avec le général commandant la base, fraternise avec le plus humble "private".
( un petit Proust pain quotidien )

Quand l'internet n'existait pas , vous faisiez quoi ? ( sans remonter à l'internat )

Comme moi , parliez-vous à votre voisine  des dessous voire votre voisin ?
Lisiez-vous ou regardiez-vous la télé ?
Jouissiez-vous aux jeux de société , de satiété voire aux sports divers ?

Finalement n'étiez-vous pas plus heureux ?
Bien sûr , ceux qui et ils sont ou elles beaucoup à surfer presque toute la journée au boulot vont me répondre qu'ils sont pour notre internet _ incroyable de voir tous ces gens qui disparaissent du net les ouiKens et pas que pour satisfaire leur Barbie !

bon , vous pouvez me rendre vos devoirs , j'adore les copines à corriger !


 
 
 
 

Loti se ment ?

Loti et ses voyages sont pour moi source d'enchantements quotidiens : j'ai eu la chance de faire une partie de ses pérégrinations sur ses traces de pas limace dont à Istanbouboul  !

vers le pont de Nantes !


chez son lui !


un  poster de lui , jeune
chez sa dentiste !

Amour , beauté , éveil , réveil , artiste ..............

 Dans l'éveil de l'amour, de la beauté, chez l'artiste

Dans l'éveil de l'amour, de la beauté, chez l'artiste qui peut tout peindre, l'élégance où il pourra trouver de si beaux motifs, le modèle lui en sera fourni par des gens un peu plus riches que lui chez qui il trouvera ce qu'il n'a pas d'habitude dans son atelier d'homme de génie méconnu qui vend ses toiles cinquante francs, un salon avec des meubles recouverts de vieille soie, beaucoup de lampes, de belles fleurs, de beaux fruits, de belles robes - gens modestes relativement ou qui le paraîtraient à des gens vraiment brillants (qui ne connaissent même pas leur existence) mais qui, à cause de cela, sont plus à portée de connaître l'artiste obscur, de l'apprécier, de l'inviter, de lui acheter ses toiles, que les gens de l'aristocratie qui se font peindre comme le Pape et les chefs d'État par les peintres académiciens. La poésie d'un élégant foyer et des belles toilettes de notre temps ne se trouvera-t-elle pas plutôt, pour la postérité, dans le salon de l'éditeur Charpentier par Renoir que dans le portrait de la princesse de Sagan ou de la comtesse de La Rochefoucauld par Cotte ou Chaplin? Les artistes qui nous ont donné les plus grandes visions d'élégance en ont recueilli les éléments chez des gens qui étaient rarement les grands élégants de leur époque, lesquels se font rarement peindre par l'inconnu porteur d'une beauté qu'ils ne peuvent pas distinguer sur ses toiles, dissimulée qu'elle est par l'interposition d'un poncif de grâce surannée qui flotte dans l'oeil du public comme ces visions subjectives que le malade croit effectivement posées devant lui. Mais que ces modèles médiocres que j'avais connus eussent en outre inspiré, conseillé certains arrangements qui m'avaient enchanté, que la présence [vol I.43] de tel d'entre eux dans les tableaux fût plus que celle d'un modèle, mais d'un ami qu'on veut faire figurer dans ses toiles, c'était à se demander si tous les gens que nous regrettons de ne pas avoir connus parce que Balzac les peignait dans ses livres ou les leur dédiait en hommage d'admiration, sur lesquels Sainte-Beuve ou Baudelaire firent leurs plus jolis vers, si à plus forte raison toutes les Récamier, toutes les Pompadour, ne m'eussent pas paru d'insignifiantes personnes, soit par une infirmité de ma nature, ce qui me faisait alors enrager d'être malade et de ne pouvoir retourner voir tous les gens que j'avais méconnus, soit qu'elles ne dussent leur prestige qu'à une magie illusoire de la littérature, ce qui forçait à changer de dictionnaire pour lire et me consolait de devoir d'un jour à l'autre, à cause des progrès que faisait mon état maladif, rompre avec la société, renoncer au voyage, aux musées, pour aller me soigner dans une maison de santé. Peut-être pourtant ce côté mensonger, ce faux-jour n'existe-t-il dans les mémoires que quand ils sont trop récents, trop près des réputations, qui plus tard s'anéantiront si vite, aussi bien intellectuelles que mondaines (et si l'érudition essaye alors de réagir contre cet ensevelissement, parvient-elle à détruire un sur mille de ces oublis qui vont s'entassant ?)

vendredi 1 janvier 2010

Cette année là , un peu de culture jouissive !

Cette année-là, quand, un peu plus tôt que d’habitude, mes parents eurent fixé le jour de rentrer à Paris, le matin du départ, comme on m’avait fait friser pour être photographié, coiffer avec précaution un chapeau que je n’avais encore jamais mis et revêtir une douillette de velours, après m’avoir cherché partout, ma mère me trouva en larmes dans le petit raidillon, contigu à Tansonville, en train de dire adieu aux aubépines, entourant de mes bras les branches piquantes, et, comme une princesse de tragédie à qui pèseraient ces vains ornements, ingrat envers l’importune main qui en formant tous ces nœuds avait pris soin sur mon front d’assembler mes cheveux, foulant aux pieds mes papillotes arrachées et mon chapeau neuf. Ma mère ne fut pas touchée par mes larmes, mais elle ne put retenir un cri à la vue de la coiffe défoncée et de la douillette perdue. Je ne l’entendis pas: «O mes pauvres petites aubépines, disais-je en pleurant, ce n’est pas vous qui voudriez me faire du chagrin, me forcer à partir. Vous, vous ne m’avez jamais fait de peine! Aussi je vous aimerai toujours.» Et, essuyant mes larmes, je leur promettais, quand je serais grand, de ne pas imiter la vie insensée des autres hommes et, même à Paris, les jours de printemps, au lieu d’aller faire des visites et écouter des niaiseries, de partir dans la campagne voir les premières aubépines.
Une fois dans les champs, on ne les quittait plus pendant tout le reste de la promenade qu’on faisait du côté de Méséglise. Ils étaient perpétuellement parcourus, comme par un chemineau invisible, par le vent qui était pour moi le génie particulier de Combray. Chaque année, le jour de notre arrivée, pour sentir que j’étais bien à Combray, je montais le retrouver qui courait dans les sayons et me faisait courir à sa suite. On avait toujours le vent à côté de soi du côté de Méséglise, sur cette plaine bombée où pendant des lieues il ne rencontre aucun accident de terrain. Je savais que Mlle Swann allait souvent à Laon passer quelques jours et, bien que ce fût à plusieurs lieues, la distance se trouvant compensée par l’absence de tout obstacle, quand, par les chauds après-midi, je voyais un même souffle, venu de l’extrême horizon, abaisser les blés les plus éloignés, se propager comme un flot sur toute l’immense étendue et venir se coucher, murmurant et tiède, parmi les sainfoins et les trèfles, à mes pieds, cette plaine qui nous était commune à tous deux semblait nous rapprocher, nous unir, je pensais que ce souffle avait passé auprès d’elle, que c’était quelque message d’elle qu’il me chuchotait sans que je pusse le comprendre, et je l’embrassais au passage. A gauche était un village qui s’appelait Champieu (Campus Pagani, selon le curé). Sur la droite, on apercevait par delà les blés, les deux clochers ciselés et rustiques de Saint-André-des-Champs, eux-mêmes effilés, écailleux, imbriqués d’alvéoles, guillochés, jaunissants et grumeleux, comme deux épis.
A intervalles symétriques, au milieu de l’inimitable ornementation de leurs feuilles qu’on ne peut confondre avec la feuille d’aucun autre arbre fruitier, les pommiers ouvraient leurs larges pétales de satin blanc ou suspendaient les timides bouquets de leurs rougissants boutons. C’est du côté de Méséglise que j’ai remarqué pour la première fois l’ombre ronde que les pommiers font sur la terre ensoleillée, et aussi ces soies d’or impalpable que le couchant tisse obliquement sous les feuilles, et que je voyais mon père interrompre de sa canne sans les faire jamais dévier.
Parfois dans le ciel de l’après-midi passait la lune blanche comme une nuée, furtive, sans éclat, comme une actrice dont ce n’est pas l’heure de jouer et qui, de la salle, en toilette de ville, regarde un moment ses camarades, s’effaçant, ne voulant pas qu’on fasse attention à elle. J’aimais à retrouver son image dans des tableaux et dans des livres, mais ces œuvres d’art étaient bien différentes—du moins pendant les premières années, avant que Bloch eût accoutumé mes yeux et ma pensée à des harmonies plus subtiles—de celles où la lune me paraîtrait belle aujourd’hui et où je ne l’eusse pas reconnue alors. C’était, par exemple, quelque roman de Saintine, un paysage de Gleyre où elle découpe nettement sur le ciel une faucille d’argent, de ces œuvres naïvement incomplètes comme étaient mes propres impressions et que les sœurs de ma grand’mère s’indignaient de me voir aimer. Elles pensaient qu’on doit mettre devant les enfants, et qu’ils font preuve de goût en aimant d’abord, les œuvres que, parvenu à la maturité, on admire définitivement. C’est sans doute qu’elles se figuraient les mérites esthétiques comme des objets matériels qu’un œil ouvert ne peut faire autrement que de percevoir, sans avoir eu besoin d’en mûrir lentement des équivalents dans son propre cœur.

Mort d'un jeune à Carrefour à la Part-dieu

tous en prison depuis !
 ( je parle des irresponsables... responsables  ? )
UNE HONTE  que cette "affaire"!!!!!!!!!!!
j'avais eu à faire à eux ( ou d'autres ) il y a quelques années , même
magasin Carrefour  !
je n'étais déjà pas djeune , présentais assez bien , étais avec ma vieille mère _ qui avait son vison ce jour là _
et ma bien aimée très présentable voire plus :
en sortant de ce CARREFOUR là , je bip-bip , pourtant pas coyote en passant aux caisses  !
immédiatement deux Kojaks de me sauter dessus :
"veuillez-nous suivre !"

pas très content je réagis en les suivant , refusant une "palpation" imposée , dans les mêmes bureaux que là , je pense :
tout de suite j'entendis :
" un emmerdeur , je connais le genre , on appelle les flics ! "
 voyant comme ceci tournait  j'ai vite réalisé la gravité de la situation :
j'eus la présence d'esprit de sortir de ma poche le PALM que j'avais acheté quelques temps avant à la FNAC : ils avaient oublié d'enlever un chti truc antivol qui avait déclenché l'alarme !
je leur avais vite prouvé que c'était ça !
il avait déjà la main sur le téléphone pour appeler la police !

jamais une excuse de la part de Carrefour pour un tel comportement !

j'en parle ce jour en pensant à ce jeune mort pour une canette de bière volée !
triste début d'année pour sa famille , c'est une certitude!

rêvons d'un autre monde
moins immonde !