Pages versus pajes

Une erreur est survenue dans ce gadget

mardi 27 octobre 2009

à vos Proust à mes souhaits : Du côté de chez Swann (A la recherche du temps perdu, Tome I) by Marcel Proust



Proust

Copyright laws are changing all over the world, be sure to check
the laws for your country before redistributing these files!!!

Please take a look at the important information in this header.
We encourage you to keep this file on your own disk, keeping an
electronic path open for the next readers.

Please do not remove this.

This should be the first thing seen when anyone opens the book.
Do not change or edit it without written permission.  The words
are carefully chosen to provide users with the information they
need about what they can legally do with the texts.


**Welcome To The World of Free Plain Vanilla Electronic Texts**

**Etexts Readable By Both Humans and By Computers, Since 1971**

*****These Etexts Are Prepared By Thousands of Volunteers!*****

Information on contacting Project Gutenberg to get Etexts, and
further information is included below, including for donations.

The Project Gutenberg Literary Archive Foundation is a 501(c)(3)
organization with EIN [Employee Identification Number] 64-6221541

9 commentaires:

  1. "A Combray, tous les jours dès la fin de l’après-midi, longtemps avant le moment où il faudrait me mettre au lit et rester, sans dormir, loin de ma mère et de ma grand’mère, ma chambre à coucher redevenait le point fixe et douloureux de mes préoccupations. On avait bien inventé, pour me distraire les soirs où on me trouvait l’air trop malheureux, de me donner une lanterne magique, dont, en attendant l’heure du dîner, on coiffait ma lampe; et, à l’instar des premiers architectes et maîtres verriers de l’âge gothique, elle substituait à l’opacité des murs d’impalpables irisations, de surnaturelles apparitions multicolores, où des légendes étaient dépeintes comme dans un vitrail vacillant et momentané. Mais ma tristesse n’en était qu’accrue, parce que rien que le changement d’éclairage détruisait l’habitude que j’avais de ma chambre et grâce à quoi, sauf le supplice du coucher, elle m’était devenue supportable. Maintenant je ne la reconnaissais plus et j’y étais inquiet, comme dans une chambre d’hôtel ou de «chalet», où je fusse arrivé pour la première fois en descendant de chemin de fer."

    RépondreSupprimer
  2. Chouffe, Marcel, chouffe !

    RépondreSupprimer
  3. c'est quand même réservé à des tireurs d'une certaine élite : comme moi , vous en êtes , CW !

    RépondreSupprimer
  4. Bon Cactus, il parait que vous vous sentez seul ici, alors, je viens prendre des poses dans votre boudoir, boire un verre et trinquer avec vous. J'éteindrai la lumière en sortant.

    RépondreSupprimer
  5. Un petit qu'a fait de bon matin ?
    Aïe, ça commence fort.
    A plus, j'ai un journal à faire... :-)

    RépondreSupprimer
  6. vivi CW , moi là , juste de boue et pleut même pas !
    le mercredi c'est cinéma !
    rooo Frédérique M ici , j'M beaucoup aussi !
    sissi !

    RépondreSupprimer
  7. Z'avez l' blouse, Cactus ? Et vous sortez comme ça par un taon pareil ? Faut pas vous zétonner d' vous faire piquer !

    Proust, j' préfère sa Madeleine, celle qu'a la bouche et qui rit quand on la draine.
    Désolé pour cette lourdeur de thon, mais c'est bientôt l' mercredi des cendres, alors j' descends.

    RépondreSupprimer
  8. merci , My Dog !
    toujours content de vous lire !

    RépondreSupprimer

Ainsi vous voici cactussés